martine farge de rosny

Semaine du 17 au 24 mars 2019

Semaine du 19 au 26 mars 2019

Dimanche surréaliste.

De très nombreux touristes et flâneurs sous le soleil de Paris.

Manifestation joyeuse et festive pour le climat entre l’Opéra et la République.

Et sur les Champs Elysées :  des vitrines saccagées, des voitures brûlées, un immeuble incendié.

Lecture : Carson McCullers. Illuminations et nuits blanches.


Martine Farge de Rosny - blog

La maison de François Morellet à Cholet (suite et fin)

 

Après le café, Frédéric et sa mère nous conduisirent dans l’atelier de François Morellet. Deux assistants y présidaient à la préservation de son œuvre. On y voyait des toiles roulées, d’innombrables outils soigneusement rangés, des casiers garnis de tableaux emballés et étiquetés. Il y régnait un ordre et une propreté remarquables. Sur la grande table de travail du centre était posée une dizaine de tableaux, les fameux tableaux de Vegetti qui avaient valu à JMH l’invitation de Danielle Morellet en tant que connaisseur du peintre de Nernier.

Des Christs en croix, les membres décharnés d’un vieillard dénudé, des intérieurs sombres, des ébauches nerveuses, il se dégageait de cette mini exposition un sombre sentiment proche de Rembrandt. Je m’étonnais que le Charles Morellet que j’avais connu bon vivant, hédoniste ait pu choisir dans l’œuvre souvent solaire de Vegetti, ce qu’elle offrait de plus tragique. Frédéric, son petit-fils, suggéra que Charles plus friand de la compagnie des peintres que connaisseur en art avait choisi par générosité ce que le peintre ne pouvait guère vendre. Cependant, un grand et beau tableau de genre représentait un lavoir et du linge coloré flottant au soleil. Il datait de la période italienne, avant son installation à Nernier.

Le contraste avec la visite qui suivit dans les salles d’exposition de François Morellet fut particulièrement impressionnant. On quittait un univers pictural tourmenté, des petits formats pour un monde vaste et lumineux, conceptuel et souvent humoristique. Danielle nous expliqua que son mari François après des recherches assez classiques avait préféré le saut dans l’inconnu de la peinture contemporaine. D’abord des toiles blanches à peine marquées de signes noirs dont la logique savante était masquée par une sorte de dérision, puis l’élaboration de tubulures et de néons destinés à dilater les espaces urbains de son époque, celle des trente glorieuses. Il avait pu conserver son indépendance grâce à l’entreprise familiale qu’il avait continué de gérer.

C’était charmant d’entendre Frédéric et sa mère nous révéler dans un duo affectueux les dessous d’une œuvre que pour ma part j’avais vue à tort plus déshumanisée. JMH photographia Danielle devant un néon et nous fûmes conviés à faire le tour du jardin. Un vaste jardin de ville, avec potager, pelouse, arbres centenaires, étang. On imaginait les sous bois colorés de fleurs rares durant la belle saison. Je pourrais être intarissable sur les conversations qui évoquèrent des amis qui nous avaient précédés, comme Vasarely, Ellsworth Kelly et Eric Orsenna, un familier de la maison. Elles balayèrent un demi-siècle d’art contemporain, associées à l’image de Charles Morellet, le truculent père de François, le beau-père de Danielle, le grand-père de Frédéric, le « tonton Charles » de mon enfance. Mais ce serait trop long. Peut-être une autre fois… Nous nous sommes quittés, ravis de cette rencontre. Frédéric nous a laissés sur le quai de la gare d’où nous sommes repartis vers Paris avec une escale d’une heure à Angers, heureusement employée comme je l’ai déjà dit à déambuler et à apercevoir au coin d’une rue le néon zig-zag du musée des Beaux-Arts.


LIVRES

La guerre à l’abri des baies d’églantines

...

The Nile Carnival

...

Le carnaval du Nil

...

Les enfants du lac

...

Lamartine, cent jours sur les rives du Léman

...